Madjnûn apercevant Laylî
Nezâmi, Khamseh (Cinq poèmes)
Bâghbâd (Turkménistan) et [Ispahan ? (Iran)], 1619-1624.
Papier, 386 f., 36 × 24 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément persan 1029, f. 150v
© Bibliothèque nationale de France
Le jeune homme qui a pris le nom de "Majdnûn", le fou d'amour, se réfugie une première fois dans le désert. Une mendiante l’enchaîne, le faisant passer pour un compagnon d’infortune, et l'emmène jusqu’au campement où vit Laylî. Il peut alors lui déclarer furtivement sa passion.
Sous un gracieux mouvement de branches verdoyantes et fleuries, les tentes bédouines, fréquentes dans les scènes champêtres, dressent leurs tissus colorés. Plusieurs femmes, la chevelure recouverte d’un voile de couleur, vaquent à leurs occupations. Une femme file sa quenouille. Des brebis et des chèvres paissent devant les tentes. Des poules picorent le sol. Madjnûn, au corps gracile, suit la vieille mendiante qui s’appuie sur sa canne.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu