Madjnûn au tombeau de Laylî
Nezâmi, Khamseh (Cinq poèmes)
Bâghbâd (Turkménistan) et [Ispahan ? (Iran)], 1619-1624.
Papier, 386 f., 36 × 24 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément persan 1029, f. 108v
© Bibliothèque nationale de France
Inconsolable, Majdnûn vient se recueillir sur la tombe de sa bien-aimée. C'est là qu'entouré de ses animaux familiers, il rend son dernier soupir. Les deux malheureux, qui s'étaient juré fidélité durant leur vie, sont désormais unis pour l'éternité.
Le roman se clôt sur l’image d’un cimetière. De simples tombes en briques côtoient plusieurs monuments recouverts de carreaux de faïence. Le mausolée d’un saint personnage, où sont suspendues des lampes, se dresse à gauche. On peut y lire, sur le mur blanc au milieu des vers copiés, le nom de l’artiste. Plus bas, un homme entre par une porte entr’ouverte tandis qu’un autre, agenouillé, lit, probablement le Coran. Madjnûn, debout dans le tombeau de sa bien-aimée a les mains jointes en geste de prière.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu