Ascension de Muhammad
Mir Haydar, Mira‘j-nameh
Herât (Afghanistan), 1436.
Papier, 265 f., 34 × 25,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément turc 190, f. 3
© Bibliothèque nationale de France
« Gabriel tendit à Muhammad une monture extraordinaire, nommée al-Burâq, qui était sellée et bridée. Plus petite qu'une mule mais plus large qu'un âne, l'animal avait une tête couronnée, qui ressemblait à celle d'un humain tandis que sa queue et ses sabots étaient ceux d'une génisse. Sa selle était faite d'émeraude, ses rênes de perles et ses étriers de turquoise. Elle était plus rapide que l'éclair. Ils s'élevèrent rapidement dans les cieux. Autour d'eux, les anges le saluèrent respectueusement. »
Extrêmement dense, l'image montre un ciel peint en lapis-lazuli bleu. Il est rempli de nuages tourbillonnants en or, un motif venu de l'art chinois, ainsi que de minuscules boules dorées, représentant sans doute les étoiles. Muhammad, entouré d'un nuage doré, chevauche al-Buraq. De nombreux anges volètent tout autour de lui, à moitié dissimulés par les nuages. Leurs visages en forme de lune et leurs yeux fins et allongés montrent l'influence qu'exerce l'art de l'Asie centrale. Leurs cheveux d'un noir de jais, séparés au milieu par une raie, sont attachés en deux boucles sur leur tête. Cette coiffure provient probablement de peintures ouighoures. Ils portent dans les mains des coupes remplies de pierres précieuses et des ostensoirs. L'ange Gabriel, qui guide le prophète, tient pour sa part un étendard dont le drapeau flotte au-dessus du texte.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu