Muhammad survolant le Kawthar
Mir Haydar, Mira‘j-nameh
Herât (Afghanistan), 1436.
Papier, 265 f., 34 × 25,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément turc 190, f. 4 v°
© Bibliothèque nationale de France
« Une fois la prière terminée, Gabriel poussa Muhammad au départ. Il vit alors une échelle de lumière qui partait de la terre et montait jusqu'au ciel. Il y grimpa sans difficulté aucune tout en récitant des prières. Arrivé au ciel, il aperçut la mer de Kawthar, si large que nul, hormis Dieu, n'en connaissait la taille. »
Bien qu'elle soit un élément important du récit, l'échelle de lumière n'est pas représentée ici. Le prophète et l'ange volent au milieu de nuages tchi blancs et dorés, un motif ornemental venu de Chine. Muhammad est peint conformément à la manière dont sont décrits, dans les textes de dévotion, ses caractéristiques physiques. Il est de taille moyenne et a de grands yeux noirs soulignés par des sourcils en forme de croissant. Son nez est long et fin. Il porte une barbe fournie et ses cheveux descendent jusqu'à sa poitrine en deux longues tresses. Il porte un large turban blanc dont l'extrémité est nouée autour de son cou et qui retombe sur son coude gauche. Son long manteau vert recouvre une robe marron. L'ange Gabriel, qui l'invite à le suivre d'un geste de la main, porte ici les cheveux relevés en deux boucles. Caractéristique elle aussi des images bouddhiques, sa ceinture nouée à la taille s'échappe en de nombreux rubans. La mer est une large surface noire ornementée de petits motifs gris.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu