Muhammad et l’ange de neige et de feu
Mir Haydar, Mira‘j-nameh
Herât (Afghanistan), 1436.
Papier, 265 f., 34 × 25,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément turc 190, f. 6 v°
© Bibliothèque nationale de France
« Entre le premier et le deuxième ciel, ils survolèrent une mer qu'on appelait "la mer des créatures". Muhammad aperçut un ange fait à moitié de neige et à moitié de feu, tenant un chapelet dans chaque main. Le bruit que faisaient les grains défilant entre ses doigts était aussi fort que celui du tonnerre. »
Le geste qu'effectue Muhammad appartient au répertoire classique des représentations persano-turques. Le Prophète place sa main droite fermée sur son cœur en signe symbolique d'affection. Ce geste est à la fois signe d'empathie et d'autorité envers les créatures de l'autre monde qu'il rencontre car, dans les traditions turques, le poignet symbolise également le monde et l'autorité. Bien que l'ange soit dépeint conformément à la description du texte, avec son côté droit fait de feu et son côté gauche de neige, les chapelets dans chaque main, la position de son corps et les traits de son visage renvoient à la tradition iconographique bouddhique d'Asie centrale. De nombreuses peintures montrent en effet le Bouddha ou certains moines, en position de lotus, bras et jambes se mouvant dans une gestuelle très précise.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu