Châtiment des femmes impudiques
Mir Haydar, Mira‘j-nameh
Herât (Afghanistan), 1436.
Papier, 265 f., 34 × 25,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément turc 190, f. 29
© Bibliothèque nationale de France
« Ils virent ensuite des femmes accrochées par les cheveux. De leur nez s'échappait une flamme. C'étaient les femmes qui montraient impudiquement leur chevelure. »
Seuls quelques détails différencient cette scène de torture de la précédente. Ce sont ici des femmes que l'on a pendues au portique rouge. Elles sont reconnaissables à leur longue chevelure, objet de leur forfait et outil de leur punition, ainsi qu'à leurs seins nus. Plusieurs ont les cheveux blancs. La chair de leur ventre, remplacée par des flammes semble, comme leur pagne blanc, en lambeaux. Le démon qui les garde, variante des précédents, confine au grotesque : gueule aux dents fourchues crachant le feu, yeux aux gros sourcils verts, peau très brune.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu