Châtiment des faux témoins et des scélérats
Mir Haydar, Mira‘j-nameh
Herât (Afghanistan), 1436.
Papier, 265 f., 34 × 25,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément turc 190, f. 32
© Bibliothèque nationale de France
« Ils virent ensuite des hommes à tête de porc dont la langue pendait hors de la bouche. Ils avaient des jambes et des queues pareilles à celles des ânes. C'était ceux qui donnent de faux témoignages. Ils aperçurent ensuite des hommes que les anges tuaient. C'étaient tous ceux qui avaient versé le sang sans permission. »
Dans cette double peinture aux dimensions légèrement différentes, l'artiste a su éviter la monotonie. Quasiment semblables, les deux groupes constitués par le prophète et l'ange se différencient néanmoins par des détails ; les gestes ont été changés et la mandorle d'or qui entoure Muhammad est plus grande dans l'une des images. De même, tandis que dans celle du haut les suppliciés debout forment un groupe statique et vertical, le groupe du dessous se caractérise par son mouvement. L'un des anges tortionnaires brandit un grand sabre tandis qu'un autre égorge un homme avec son couteau. La représentation iconographique de créatures zoomorphes est assez fréquente dans la littérature de merveilles.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu