La montagne de feu et le phénix
Mehmed ibn Emir Hasan al-Su’ûdî, Matâli’ al-su‘âda wa yanâbi‘ al-siyâda (Le Lever des astres chanceux et les Sources de la souveraineté)
Istanbul (Turquie), 1582.
Papier, 183 f., 31 × 20,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément turc 242, f. 81 v°
© Bibliothèque nationale de France
Dans un paysage au sol rocailleux vert pale, des montagnes élevées aux formes de têtes humaines dardent leurs rochers pointus. Au centre, dans un brasier de flammes d'or qui tranche à peine avec le ciel doré, se tient un samandar, mieux connu en Occident sous le nom de phénix. Peint en rose, l'oiseau, qui renaît de ses cendres est partiellement caché par les langues de feu.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu