Un cavalier combattant un dragon
Mehmed ibn Emir Hasan al-Su’ûdî, Matâli’ al-su‘âda wa yanâbi‘ al-siyâda (Le Lever des astres chanceux et les Sources de la souveraineté)
Istanbul (Turquie), 1582.
Papier, 183 f., 31 × 20,5 cm
BnF, département des Manuscrits, supplément turc 242, f. 83 v°
© Bibliothèque nationale de France
Un homme, qui avait auparavant aidé un dragon, le tue. Chevauchant un dromadaire, le cavalier, vêtu d'une longue robe bleue et coiffé d'un turban blanc, tient les rênes d'une main tandis qu'il enfonce sa lance dans la gueule de l'animal de l'autre. Le dragon est peint sous la forme d'un serpent, conformément à la tradition extrême-orientale. La luxueuse selle du dromadaire est drapée d'orange doublé de vert. Une clochette d'or, suspendue au garrot de l'animal, se balance en haut de ses fines jambes. Au premier plan, une étendue d'herbe est traversée par une source d'eau argentée. De gros rochers roses et un arbre imposant se détachent à l'arrière-plan sur un ciel d'or.
Il est difficile d'identifier le sujet de cette miniature. Peut-être est-ce une version islamisée de la légende de saint Georges terrassant le dragon, très représentée dans l'iconographie chrétienne.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu