L'acteur Yamashita Kinsaku II dans le rôle d'un marchand d'éventails
Torii Kiyohiro (? -1776 ?), vers 1752-1758.
Signé : « Kiyohiro ga »
Le cachet carré sous la signature donne le nom de l'artiste en caractères archaïques Inscriptions : poème haikai à gauche, suivi du nom du poète dans un cachet carré : « Jôa » [Kansuidôa Jôa]
Nom de l'acteur en haut, à droite, suivi de son nom de plume de poète de haikai
Éditeur : Maruya Shôbei (sceau de forme circulaire sous le cachet carré)
benizuri-e. Format grand hosoban. 393 x 174 mm
BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE DE-10, J. B. 106
© Bibliothèque nationale de France
L'acteur Yamashita Kinsaku II (1733-1799), connu sous ce nom de 1749 à 1799, considéré comme le meilleur onnagata à Edo, en 1799, est aussi connu comme poète de haikai. Kiyohiro l'a représenté dans le rôle d'un marchand d'éventails, thème souvent traité par l'artiste.
Ici, l'accessoire renvoie au Dit du genji, grand roman de la littérature classique composé au XIe siècle, et plus précisément au chapitre IV : « La belle du soir. Yûgao », l'une des femmes aimée du prince (genji).
Yûgao peut se décomposer ainsi : «  » (soir) « gao » (visage), ce qui explique le titre.
Le haikai à gauche, est signé « Jôa », écrivain populaire (1686-après 1767 ?), « Prenez les fleurs de courge sur l'espalier, nuage de genji », fait allusion à un passage de ce chapitre, où l'éventail et ces fleurs sont aussi évoqués dans un poème.
Kinsaku II porte sur ses épaules plusieurs boîtes en forme d'éventail, retenues par un ruban. Deux blasons d'acteurs décorent la première, celui de Segawa Kikunojô, à gauche, et le sien, à droite, blason que l'on aperçoit aussi sur son écharpe.
Il tient à la main un éventail également, orné de la tête d'un autre acteur célèbre, Ichikawa Danjûrô. Celui-ci, qui se retira de la scène en 1754, est reconnaissable à son maquillage et à son expression féroce. La grâce, le charme et la retenue des œuvres de Kiyohiro s'illustrent dans l'élégance de l'acteur, sa préciosité, accentuées par les motifs stylisés de son kimono, des spirales de vagues, opposés à des motifs géométriques et à des rayures. L'allongement de la silhouette est favorisé naturellement par les geta (socques de bois) et l'empilement des boîtes. (G. L.)

Torii Kiyohiro (? -1776 ?) fait partie de l'école Torii fondée par Torii Kiyonobu. Influencé par Kiyomitsu et Toyonobu à ses débuts, sa production se caractérisa ensuite par l'élégance et le maniérisme de ses personnages. Ses estampes aux coloris recherchés, très proches des nishiki-e parfois, révèlent aussi un style propre à l'artiste. Quelques-unes sont de véritables chefs-d'œuvre.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander