Les lutteurs de sumô, Kaminari (Tonnerre), à droite, et Narutaki (Cascade rugissante), à gauche
Katsukawa Shunei (vers 1762-1819).
Signé : « Shunei ga »
Inscriptions : noms des lutteurs de part et d'autre des figures
Éditeur : Yamaguchiya Tôbei, Kinkôdô (années 1780-1860)
Nishiki-e. Format ôban. 327 x 237 mm
BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE DE-10, J. B. 445
© Bibliothèque nationale de France
Les sumotori surnommés « Tonnerre » et « Cascade rugissante », la musculature décuplée par l'effort, les corps mêlés, tentent de s'expulser mutuellement. Shunei utilise un graphisme expressionniste, en boucles interrompues, suggérant par de simples traits le volume, le mouvement et la contraction des muscles. Il rehausse parfois le contour d'une seule couleur rose orange pour l'amplifier. C'est avec une sobriété de moyens remarquable, presque ton sur ton, que l'artiste suggère la tension des lutteurs et leur masse pachydermique en action dans l'espace. Les dimensions de la feuille suffisent à peine à les contenir et l'écart de leurs jambes en occupe toute la largeur, ce qui accentue encore leurs proportions. La courbure et la position de leurs pieds suggèrent un ferme appui sur le sol alors que le fond de l'estampe est neutre. (G. L.)

Élève de Shunshô, le fondateur de l'école Katsukawa, chanteur, joueur de shamisen, peintre, illustrateur et dessinateur d'estampes, très amateur de théâtre, Shunei exprima le meilleur de son talent dans des portraits de sumotori, d'acteurs, et dans des scènes de kabuki. Il fut, vers 1800, le chef de file de l'école Katsukawa.
Il illustra une encyclopédie sur le théâtre de kabuki, publié en 1803, très connue, indispensable pour pénétrer dans les coulisses (décor, machinerie, déguisement, loge), Shibai kimmô zui « Encyclopédie illustrée du théâtre », vol. V. Il calligraphia aussi des kyôka, poèmes humoristiques, sur éventails et dessina des motifs pour étoffes.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander