La coiffeuse (Kami-yui)
« Douze activités manuelles féminines » (Fujin tewaza jûni-kô)
Utamaro Kitagawa (1753-1806), vers 1798-1799.
Signé : « Utamaro hitsu »
Inscription : le titre de la série est inscrit dans un cartouche vertical. Il n'y a pas de titre pour chaque estampe
Éditeur : Wakasaya Yoichi
Nishiki-e. Format ôban. 378 x 251 mm
BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE DE-10, J. B. 509
© Bibliothèque nationale de France
Utamaro consacra une série de douze estampes aux travaux manuels féminins, souvent en liaison avec les mois de l'année : coiffure, fabrication de tôfu, étirage des étoffes, peinture sur soie, vente de poudre et de brosses à dents, broderie de kemari (balles de jeu), calligraphie, couture.
L'artiste anoblit par la perfection des gestes, par le détail sublimé, ces activités quotidiennes, dévoilant sa sensibilité singulière devant les expressions et les attitudes de ces femmes, sereines, accomplissant ces taches avec des gestes séculaires. Comme toujours, il atteint par une observation sensitive, l'essence même de ce qu'il regarde.
Ici, la coiffeuse démêle la longue chevelure de sa cliente, revêtue d'un kimono à motif d'étoiles de mer. Elle a relevé les manches de son vêtement à motifs de feuilles par un ruban. L'accent est mis sur les chevelures, l'une relevée en chignon d'un noir profond, l'autre dénouée offrant un surprenant effet de transparence entre les dents du peigne. (G. L.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander