« En allant admirer les cerisiers en fleurs à KiyomIzu-dô au temple Kan'eiji à Ueno »
Utagawa Toyokuni (1769-1825), 1800 d'après le cachet de censure.
Signé : « Toyokuni ga »
Éditeur : Izumiya Ichebee (Sen-Ichi ban)
Cachet de censure : « 3e mois de l'année du Singe »
Nishiki-e. Triptyque d'ôban. 380 x 800 mm
BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE DE-4, J. B. 655
© Bibliothèque nationale de France
À Ueno, site célèbre d'Edo pour les cerisiers en fleurs, sur la galerie d'un temple, une princesse et ses neuf suivantes, admirent le paysage. Les suivantes sont identifiables par leur style de coiffure, celui de la maison d'un seigneur. Kiyomizu-dô est un endroit surélevé, ce qui explique qu'une des jeunes femmes tienne une longue-vue.
Venu d'Occident, cet instrument d'optique, comme le microscope et même les lunettes, se paraît alors au Japon de tous les attraits de l'exotisme.
Une certaine effervescence semble régner dans le groupe, qui a croisé fortuitement un élégant jeune homme, tenant un faucon. Celui-ci descend les marches de la galerie tout en se retournant pour regarder la jeune beauté. Presque tous les regards convergent vers lui. Toyokuni oppose des tons sourds de brun, de rose et d'ivoire à la lumineuse floraison des cerisiers au premier plan, suggérant ainsi la transparence de l'atmosphère printanière. Les couleurs discrètes s'accordent à l'émoi du groupe, à peine perceptible dans l'orientation des regards et le lent ballet des attitudes et des gestes. (G. L.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander