Estampe sans titre [Couple prenant le frais un soir d'été]
Harunobu Suzuki (1725-1770), date inconnue (après 1771 ?).
Signée : « Harunobu-ga »
Nishiki-e, format chûban. 205 x 277 mm
BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE DE-17, J. B. 296
© Bibliothèque nationale de France
Un couple étendu sur un banc prend le frais le soir dans un jardin au bord d'un cours d'eau, au plein cœur de l'été. Ce motif rappelle celui d'une illustration de l'Ehon miyako sôshi (« Le livre illustré de la capitale »), album publié en 1746 par Sukenobu, artiste dont Harunobu s'inspira souvent. Sur l'éventail rond que tient la jeune femme, on distingue la discrète signature de Harunobu. La présence d'une telle signature – alors que les estampes érotiques étaient par principe anonymes pour préserver leurs auteurs de la censure – pourrait laisser penser qu'il s'agit d'une œuvre réalisée par un artiste de l'entourage de Harunobu après la mort de ce dernier. Un motif assez semblable à celui de cette gravure – trois personnages prenant le frais sur un banc en regardant un mini feu de bengale –, bien que moins ouvertement érotique, figure dans le premier volume de l'Imayo tsuma kagami (« Le miroir des femmes à la mode d'aujourd'hui »), un livre licencieux de Harunobu publié de manière posthume vers 1771 et qui servit peut-être de modèle. Cette estampe de qualité particulièrement remarquable présente de subtils effets de gaufrage (karazun) sur le vêtement et l'éventail de la jeune femme. (C. M.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander