Série de douze gravures sans titre
Shimokôbe Shûsui, vers 1771.
Sans signature
benizuri-e, format hashira-e, environ 71-75 x 520-525 mm
BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE AE-87 fol.
© Bibliothèque nationale de France
Série de douze gravures imprimées à l'aide de deux ou trois couleurs (benizuri-e), à laquelle on donne parfois le nom de Rouleau enluminé de la porte et de la tige précieuse (Yarikuriemaki). Cette série rarissime (le seul autre exemplaire connu, reproduitpar R. Lane en 1995, ne comporte que cinq gravures sur douze et une préface) présente une composition particulièrement ingénieuse, en utilisant de manière horizontale un format très étroit (hashira-e) conçu à la fin des années 1730 pour des gravures verticales.
Ces œuvres sont attribuées au peintre et illustrateur Shimokôbe Shûsui, qui fut actif à Kyôto dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et s'inspira de la manièrede Sukenobu. Il manque ici seulement la préface datée de 1771 et signée du pseudonyme Dôrakutei shujin (« le Maître de la Demeure du dilettante »). Ces gravures influencèrent sans aucun doute la célèbre série de douze estampes au format identique de Torii Kiyonaga, Le Rouleau de la manche (Sode no maki, vers 1785).
Huit de ces gravures de Shûsui de la collection George Barbier furent reproduites dès 1925 dans l'ouvrage de François Poncetton Les Érotiques japonais – l'une des premières publications consacrées à ce genre de l'estampe japonaise – avant d'être données à la Bibliothèque nationale de France. (C. M.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander