Images licencieuses au fil des douze mois (Kôshoku zue jûni-kô)
6e estampe de la série
Shunsho Katsukawa (1726-1792), 1788.
Sans signature
Nishiki-e, format ôban. 254 x 380 mm
BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE DE-17, J. B. 594
© Bibliothèque nationale de France
Katsukawa Shunchô, disciple de Katsukawa Shunshô, fut actif dans les vingt dernières années du XVIIIe siècle et réalisa notamment des gravures érotiques en commun avec Utamaro. On lui connaît un autre album érotique, dont l'édition princeps a été récemment redécouverte, le Waraibon Edo no mizu (« Livre plaisant : le foutre en images ou l'Eau d'Edo », 1797). La présente série de douze estampes a la forme d'un almanach érotique et son titre s'inspire sans doute des Douze voies de l'amour (Shikidô jûni-ban), réalisées quelques années plus tôt par Kiyonaga).
Cette gravure illustre le sixième mois, dans une maison de marchands. Elle évoque la pratique qui consiste à exposer au grand air les vêtements et les objets précieux de la maison pendant les grosses chaleurs, après la saison des pluies : on distingue des kimonos suspendus au milieu de la pièce et différents objets comme une boîte à thé et un livre. L'artiste a inséré un bref dialogue teinté d'humour, entre la femme et son mari : « – Il fait tellement chaud aujourd'hui, je te fais un peu de vent comme ça ». « – Il ne faudrait pas que quelqu'un vienne, dépêchons-nous ! » (C. M.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander