L'album érotique de l'étreinte de Komachi (Ehon Komachi-biki)
11e estampe de la série
Utamaro Kitagawa (1753-1806), 1802.
Sans signature
Nishiki-e, format ôban. 260 x 387 mm
BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE DE-17 boîte, J. B. 584
© Bibliothèque nationale de France
Cette gravure appartient au dernier des trois albums érotiques majeurs réalisés par Kitagawa Utamaro (1753-1806) et constitue peut-être l'un des sommets du genre. Elle précède de deux ans la publication par l'artiste de son célèbre album Seirô chon nenjû gyôji (« L'Almanach illustré des maisons vertes »), qui lui valut d'être baptisé le peintre des « Maisons vertes » par Goncourt.
Le titre se réfère au nom d'une célèbre poétesse de l'époque de Heian, Ono no Komachi, dont la beauté est légendaire. La présence d'un éventail rond au pied du couple et d'un store en bambou dans l'angle gauche, ainsi que les kimonos légers en coton que portent les protagonistes unis dans une posture acrobatique, sont les indices que la scène se déroule dans la torpeur de l'été, à la sortie du bain. À la manière des petits récits illustrés de la littérature populaire de cette époque, le long texte reproduisant la conversation grivoise du couple est insérée au sein même de l'image. Il s'ouvre par cet échange. L'homme : « – Ah ! ce que j'aime t'embrasser tout en faisant la chose ». La femme : « – Mais, j'ai l'impression d'être clouée par en haut et par en bas tout à la fois ». Les deux composantes – dessin et texte badin, faisant allusion à des libertins du moment qui comptaient parmi les relations d'Utamaro lui-même –, concouraient au piquant de l'œuvre pour les connaisseurs.
Cette planche appartient à un album originellement muni d'une préface et d'un texte qui n'ont pas été conservés ici. Richard Lane a identifié deux éditions de cet album, qui se distinguent par la présence d'une planche différente sur les douze. (C. M.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander