Album de surimono - Volume II - L'homme (jin)
Kubo Shunman, Kitao Shigemasa, Katsushika Hokusai, Ryûryûkyo Shinsai et als, vers 1796-1812.
Surimono collés sur papier et montés en album à reliure accordéon
Impression polychrome. 405 x 298 mm (l'album)
BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE OD-171
© Bibliothèque nationale de France
Une autre démarche de ces clubs privés, furent les surimono. Les surimono étaient des cartes événementielles, des cartes de circonstance pourrait-on dire. Elles étaient imprimées pour fêter un anniversaire, une commémoration, le jour de l'an, une fête, une fête saisonnière. C'est dans ces surimono qu'apparaissent les natures mortes que nous ne trouvons pas ailleurs dans l'estampe japonaise, sinon comme accessoires dans des scènes de maisons vertes. Ces surimono furent collectionnés au XVIIIe siècle par une personnalité japonaise importante, Kizan, qui les colla dans des albums. Les trois albums qu'il composa et qui contiennent plus de quatre cents surimono, souvent des pièces uniques, sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. Il s'agit là véritablement d'un trésor conservé au département des Estampes. Toutes ces petites images, extrêmement raffinées, sont accompagnées de poèmes qui peuvent être ou puisés dans la littérature classique, ou composés par le personnage qui invitait ses amis à une soirée.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander