Aube sur Isawa dans la province de Kai (Kôshû Isawa no akatsuki)
Les « Trente-six vues du mont Fuji » (Fugaku sanjû-rokkei), 41e vue
Hokusai Katsushika (1760-1849), vers 1829-1833.
Série de 46 planches, 36 estampes à cerne bleu et 10 planches supplémentaires à contour noir
248 x 369 mm
Signatures (variables d'une planche à l'autre) : « Hokusai aratame litsu hitsu » / « zen Hokusai litsu hitsu» / « Hokusai litsu hitsu » / « zen saki no Hokusai litsu hitsu »
Inscriptions : titre de la série, suivi du titre de l'estampe dans un cartouche rectangulaire, dans la partie supérieure, tantôt à droite, tantôt à gauche
Éditeur : Eijudô (Nishimuraya Yohachi)
Cachet de censure : kiwame. Certaines épreuves ne portent ni le sceau de l'éditeur, ni celui du censeur
Nishiki-e. Format ôban yoko-e (horizontal), soit environ 250 x 380 mm avec les marges
BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE DE-50
© Bibliothèque nationale de France
Les deux grands paysagistes ont une vision différente de la nature. Hokusai cherche le mystère de la création. Il tend à recréer les formes de la nature dans des compositions souvent très géométriques. Il est convaincu que chaque forme n'est pas créée par le hasard, qu'elle a sa structure propre. Hiroshige, lui, parle davantage à nos sens. Ce sont ses impressions mêmes qu'il restitue. Ses œuvres sont d'une grande sensibilité, peut-être davantage que celles d'Hokusai dont la composition est structurée très rigoureusement.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander