glossaire
l'estampe japonaise

Glossaire

 
 
Aratame
examiné (cachet de censure)
Awabi
abalone (coquillage)
Azuma
l’Est, par extension la capitale de l’Est, Edo (Tokyo)
Ban
voir han
Banzuke
programme de théâtre
Baren
tampon circulaire servant à l’impression des estampes
Benizuri-e
estampe en couleurs, imprimée en rose et vert à l’aide de bois différents
Bijin
beauté féminine
Bijin-ga
image de beauté féminine
Bunraku
théâtre de marionnettes créé à la fin du XVIe siècle par la réunion des ningyô, poupées ou figurines et du jôruri, déclamation accompagnée du shamisen. Il délaissa le récit pour s’orienter vers le théâtre.
Censure
les cachets de censure kiwame (« approuvé ») furent apposés sur les estampes de 1790 à 1876 environ. Ils étaient requis pour toute publication. Le cachet pour la période traitée ici, circulaire ou ovale, est imprimé en noir. Il n’apparaît pas pour les éditions privées, à tirage limité comme les « estampes de calendriers », les surimono et les publications interdites mais tolérées comme les images érotiques.
À plusieurs reprises des édits furent promulgués contre le luxe. Les estampes de grands formats et les tirages coûteux avec mica, poudre d’or et d’argent, à multiples couleurs furent visés.
Chaya
maison de thé
Chidori
pluvier
Chôji
clou de girofle
Chônin
bourgeois citadin
Chûshingura
pièce de kabuki relatant l’histoire des 47 rônin
Daimyô
seigneur féodal
Doma
parterre
E
image, estampe, peinture
Eboshi
chapeau dérivé du bonnet de soie noire porté par les courtisans, puis par les samouraïs.
Egoyomi
« image de calendrier », éditée au nouvel an, dissimulant habilement les chiffres calendaires, les mois longs et courts de l’année. Ces estampes étaient parfois rééditées pour être commercialisées lorsque le nouvel an était passé. Les chiffres étaient alors masqués.
Edo
capitale de l’Est, ancien nom de Tôkyô utilisé jusqu’en 1868
Edo
époque du shogunat des Tokugawa (1600-1868)
Ehon
livre d’images
Enga
image galante
Engawa
terrasse de bois
Fude (hitsu)
suit la signature de l’artiste ; « du pinceau de »
Furisode
kimono à manches longues et à larges emmanchures
Fûryû
à la mode, élégant
Fûzoku-ga
peinture de genre
Ga
peint par, dessiné par, fait par
Gaufrage
relief obtenu par l’impression d’un bois gravé en creux sans couleur
Geisha
littéralement « personne douée pour les arts » ; artiste, interprète de théâtre ou de musique ; danseuse, chanteuse et musicienne engagée pour animer une soirée, une réunion, une fête. Ce n’est pas une courtisane.
Genji
nom du clan Minamoto, clan d’ascendance impériale, opposé au clan rival des Taira (ou Heike) ; nom abrégé de Hikaru Genji, héros du Genji monogatari
Genji monogatari
« Le dit du Genji », le plus grand roman de la littérature japonaise classique, composé par Murazaki Shibiku au début du XIe siècle. Il conte les aventures amoureuses du prince et de son entourage et inspira de nombreuses estampes.
Geta
socques de bois
haut de page
 
 
Haikai
désigne un style de poésie classique qui s’applique à un « poème en chaîne » dans sa totalité, au poème isolé (haiku) de 17 ou de 14 syllabes, et même à la prose (haibun). Le terme « haiku » qui désigne la forme isolée du poème de 17 syllabes apparue dès le XVe siècle, n’est créé qu’à la fin du XIXe siècle.
Haori
manteau court à larges manches, porté sur les kimonos.
Han ou ban
planche de bois
Hana
fleur
Hanamichi
pont aux fleurs ou passerelle qui traverse la salle de théâtre kabuki.
Harimaze
divers dessins, peintures ou estampes sur un même support
Hashira-e ou estampe pilier
estampe étroite destinée à être accrochée à un pilier dans une maison.
Heian
époque de 794 à 1185
Hitsu
pinceau, par extension « peint par ». Suit la signature de l’artiste.
Hôô
oiseau légendaire ; phénix chinois
Hôsho
papier souple fabriqué à partir du kôzô, un arbuste de la famille du mûrier, encollé avec de la farine de riz.
Ichimai-e
estampe isolée, sur feuille
Inrô
boîte de trois à cinq compartiments qui contenait des poudres médicamenteuses à l’époque d’Edo, pendu au obi par une cordelette et attaché par un bouton, petite sculpture de bois ou d’ivoire, le netsuke.
Ise monogatari
« Contes d’Ise » les plus anciens contes d’amour japonais sous forme d’histoires et de poèmes. Relatent les aventures amoureuses du courtisan et poète Ariwara no Narihira (825-880). Le recueil fut compilé peu après la mort du héros.
Ishizuri-e
imite l’estampage chinois à fond noir
Jôruri anciens
récits épiques, narratifs du XIVe au XVIe siècle, chantés par des chanteurs itinérants avec accompagnement du shamisen à la fin du XVIe siècle, qui en s’adjoignant des marionnettes vers 1600, furent à l’origine du ningyô jôruri.
Kabuki
théâtre d’acteurs né au croisement des XVIe et XVIIe siècles
Kakemono
rouleau de peintures destiné à être accroché au mur verticalement
Kamuro
petite fille attachée au service d’une courtisane
Karazuri
gaufrage
Kemari
balle brodée utilisée pour un jeu à la cour
Kentô
marque de repérage taillée dans la planche gravée
Kimono
costume traditionnel littéralement « ce que l’on porte sur soi »
Kirazuri
technique pour obtenir le fond micacé des estampes
Kiwame
cachet de censure
a commandé, exécuté, conçu
Kosode
kimono à manches cousues avec un poignet étroit
Koto
instrument de musique à cordes, dont la sonorité est proche de la harpe.
Kuruwa
quartier réservé aux maisons des courtisanes
Kyôka
poésie humoristique, satirique de 31 syllabes, issu du waka, qui connut un renouveau à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle et qui fut souvent associé à une estampe.
Makura-e
image d’oreiller
Mi-e
pose spectaculaire et expression figée d’un acteur kabuki
Mitate
parodie transposition d’un thème classique dans une scène contemporaine
Mizu-e
sans contour qui cerne le dessin
Mon
blason, emblème qui permet d’identifier une personne, une famille, une maison. Il se place sur le vêtement, sur une lanterne, sur un mur…
Monogatari
conte, roman, récit
Mutamagawa
les « Six Rivières de cristal » ou de joyaux
Netsuke
large bouton qui fixe à la ceinture la blague à tabac
Ningyô jôruri
théâtre de poupées aujourd’hui connu sous le nom de bunraku
Nishiki-e
images de brocart, estampe polychrome obtenue par plusieurs planches de bois gravées, une par couleur et une pour le noir, mise au point par Harunobu.
théâtre classique d’origine populaire, destiné à l’aristocratie militaire, créé au XIVe siècle.
Noren
rideau court suspendu au-dessus de la porte d’une maison de commerce.
Obi
ceinture de kimono qui peut atteindre 4 m de longueur et environ 30 cm de largeur pour les femmes et 10 cm pour les hommes. Elle est trois fois plus haute pour les femmes et monte jusque sous les seins.
Elle s’enroule autour de la taille et se noue devant ou derrière.
Ôgi
éventail pliant
Oiran
courtisane de haut rang
Okubi-e
portrait en buste, en gros plan
Onnagata
acteur masculin interprétant des rôles féminins au kabuki
haut de page
 
 
Rokkasen
les six poètes immortels du IXe siècle
Rônin
samouraï sans maître
Saké
boisson alcoolisée obtenue par fermentation de riz, de levure et d’eau. Se consomme chaud, réchauffé au bain-marie à 40°.
Sakura
cerisier
Samouraï (transcription française)
Samurai (transcription littérale)
guerrier, vassal d’un daimyô
Seirô
maison verte
Shamisen
instrument de musique à trois cordes, principal accompagnement du kabuki et du bunraku.
Shinzô
apprentie courtisane adolescente
Shôbu
iris
Shôgun
chef militaire ayant dirigé le Japon de 1192 à 1868
Shôji
cloison
Shunga
image érotique, « image de printemps »
Sugoroku
jeu de l’oie
Sumi
encre de Chine
Sumizuri-e
estampe imprimée à l’encre noire
Surimono
estampe de circonstance
Tan
couleur rouge orangé à base de sel de plomb qui s’oxyde avec le temps
Tanzaku
bandelette comportant une poésie que l’on accroche à une branche d’arbre
Tayû
courtisane du rang le plus élevé
Tenugui
étoffe de coton utilisée comme serviette de mains, de visage ou de corps
Tsuru
grue
Uchiwa
éventail circulaire rigide écran
Uki-e
image utilisant la perspective à l’occidentale
Urushi-e
image laquée
Waka
poésie classique de 31 syllabes
Ya
maison, magasin, boutique
Yakusha-e
portrait d’acteur
Yamato
nom ancien du Japon
Yukata
kimono de coton utilisé après le bain ou à la maison
Yûkaku
quartier réservé aux maisons de courtisanes entouré d’une enceinte
Zukin
foulard, capuche qui couvre la tête
haut de page