Le traité de Philidor
François-André Danican, dit Philidor
L'Analyze des échecs, contenant une nouvelle méthode pour apprendre en peu de tems à se perfectioner dans ce noble jeu.
Londres [i. e. Paris], 1749. In-8
BnF, Arsenal, 4 S 4580
Philidor est le nom porté par une lignée de musiciens célèbre en France depuis Louis XIII. François-André Danican compose, certes, des oeuvres musicales, mais il est aujourd'hui connu essentiellement comme joueur d'échecs, ayant acquis la notoriété par sa victoire contre Stamma (8 à 2) en 1747. Il a vingt-trois ans quand il publie son Analyze des échecs, dont le titre est un programme: la pratique du jeu cesse en effet d'être un art plus ou moins instinctif, cultivé en jouant avec plus fort que soi ; elle se fonde sur une réflexion solide qui prend en compte la connaissance de positions sûres, l'analyse des débuts et des fins de parties, l'importance du rôle des pions. Augmenté en 1777, l'ouvrage est traduit en de multiples langues ; les Académies des jeux reproduisent alors le plus souvent ce texte. Fait notable, Philidor n'utilise pas la notation algébrique proposée dix ans plus tôt par Stamma. Il raconte les coups, innovant par des commentaires détaillés.