Curieux traité d'un mage énigmatique
[Jean-Baptiste Alliette le jeune]
Etteilla ou Maniere de se récréer avec un jeu de cartes
Amsterdam, et se trouve à Paris, chez Lesclapart, 1770. In-8
Paris, BnF, Arsenal, 8 S 14395
Au milieu de l'année 1770 paraissait chez Lesclapart ce curieux petit traité, où apparaît pour la première fois le célèbre anagramme. Le livre expose comment dire l'avenir avec un jeu de piquet auquel on a ajouté une 33e carte, représentant "Etteilla". Celui-ci n'est pas encore un vrai nom de plume: il sert à désigner le titre du livre et son objet, c'est-à-dire tout questionnant. Le mystérieux M. *** avait laissé cependant assez de pistes pour qu'on y reconnaisse son vrai nom inversé.
Des travaux récents ont permis de faire sortir de l'ombre ses prénoms et sa carrière: Jean-Baptiste Alliette le jeune est né à Paris en 1738, il y est mort le 12 décembre 1791. La divination par les cartes était alors une pratique assez récente, que l'on peine à documenter avant 1750.
Etteilla est le premier auteur d'un manuel de cartomancie et le premier qui ait choisi de vivre de ses oracles. C'est surtout après 1783 qu'Etteilla, professant désormais la cartonomancie française (avec un jeu de 33 cartes) et la cartonomancie égyptienne (le tarot), a produit ses livres les plus denses. À ses talents de mage, Alliette joignait une vision civique et sociale qui lui fit proposer dès 1783 la création d'un système de retraites et d'un grand centre culturel national, puis des ateliers nationaux, l'abolition de la peine de mort et autres projets.