Reproductions d'art

Par son éducation artistique et le choix des peintres dont il reproduit les œuvres, Le Gray se place dans ce qu'on pourrait appeler le romantisme académique représenté par Delaroche, Lehmann, ou Scheffer. La reproduction des œuvres d'art tant anciennes que modernes était considérée à l'époque comme une entreprise artistique à plein titre, avec son Prix de Rome, et ses représentants à l'Académie. C'est même en grande partie sur ce terrain que s'est joué l'avenir de la photographie d'art, ce qui explique qu'une partie non négligeable des efforts de Le Gray et de ses recherches se soit portée de ce côté-là.
Il est significatif que l'un des tout premiers recueils de photographies d'œuvres d'art soit justement consacré à des gravures, traductions préalables qui transposaient les couleurs en termes de valeurs pour pouvoir être photographiées, comme si, prenant le relais, la reproduction photographique voulait assurer sa légitimité en rappelant ses origines les plus nobles.