Le waqf


À l’origine, le waqf est un acte juridique par lequel un propriétaire immobilise une partie ou la totalité de ses biens fonciers ou immobiliers, les plaçant sous la protection de la loi islamique, au profit d’une institution religieuse ou de membres de sa famille nommément désignés. Des fondations pieuses furent créées de cette manière. Ce système permettait, en figeant la propriété, d’éviter le démantèlement des biens, la loi islamique les garantissant de toute saisie par les autorités. Les revenus étaient utilisés pour la construction de mosquées, d’écoles ou d’hôpitaux et dans leurs frais de fonctionnement.

Les livres – quoique jugés biens périssables – ont pu également être fabriqués ou donnés grâce à des waqfs. Corans, ouvrages de droit ou même livres profanes constituèrent par cette voie les fonds des bibliothèques des mosquées ou des madrasas.