A Apple Pie
Kate Greenaway
Londres, F. Warne, s. d. [vers 1886]
BnF, Littérature et Art, 4-X-2358
Comment partager un savoureux apple pie entre une ribambelle d'enfants ? L'Anglaise Kate Greenaway (1846-1901) a choisi de répondre à cette question d'une manière pour le moins originale, en utilisant les lettres de l'alphabet. Chaque lettre introduit une saynète centrée soit sur une notion de partage du gâteau, soit sur une dispute ou une bagarre liée à l'attribution d'un morceau. Suivant cette nursery rhyme attestée depuis 1671, les lettres rythment la destinée de l'apple pie, qui, à la dernière page, avec les lettres U, V, W, X, Y et Z, finit par être mangé : All had a large slice and went off to bed ("chacun en eut une grosse part et s'en fut au lit"). Le trait est ferme, dépouillé et clair, délimitant un monde sans surprise, clos et rassurant. Les enfants peuvent s'affronter pour une part de gâteau, se laisser aller à la convoitise, mais tout se déroule dans un univers serein, habillé des couleurs simples de l'enfance : petites filles délicates, joliment vêtues, garçons aux plis de pantalon impeccables même en pleine bagarre, etc. On retrouve toutes les caractéristiques du style plein de charme des illustrations de Kate Greenaway dans cet album qui exprime une nouvelle fois sa vision d'une enfance idéalisée. Agnès Rosensthiel a donné en 1977 chez Larousse une version modernisée de ce classique intitulée Drôle d'alphabet ou les Aventures d'une tarte aux pommes. (C. G.-B.)