Le Livre joujou
Jean-Pierre Brès
Paris, Louis Janet, [1831]
Bibliothèque de Rennes métropole, fonds Henri Pollès
Né en 1782, Jean-Pierre Brès, après des études de médecine qu'il abandonne et divers emplois de secrétaire, décide au lendemain de la chute de l'Empire de se consacrer à l'écriture de livres pour la plupart destinés aux enfants et publiés par deux éditeurs parisiens spécialisés dans les almanachs et autres livres d'étrennes, Lefuel et Janet. Nombre de ses livres se distinguent par leur présentation sous la forme de six ou huit volumes in-12 enfermés dans une boîte romantique à deux compartiments richement décorée par une bordure or et une lithographie coloriée. Citons pour exemples Les Jeudis dans le château de ma tante (Lefuel, vers 1820), Simples histoires trouvées dans un pot au lait (Lefuel, 1825), La Dame blanche, chronique des chevaliers de l'écusson vert (Lefuel, 1828). Mais le nom de Jean-Pierre Brès est surtout associé à son Livre joujou publié fin 1831 par Louis Janet et considéré comme le premier livre animé à tirettes. Ce livre à transformations comporte un titre gravé et douze planches coloriées à vignettes mobiles. Comme le ferait une baguette magique, le "petit mécanisme" permet de "mettre en action quelques-unes des principales scènes" signalées dans le texte par un astérisque. Sur une trame classique, l'histoire que nous conte l'auteur fourmille d'événements merveilleux. En l'absence de leur père le roi Sélimour, parti annexer le royaume voisin, Lindor et Sérine sont livrés à leur oncle Grolino, magicien laid et méchant, qui les enferme aussitôt et se fait proclamer roi. Mais la protection de la fée Nira, témoin jadis de la conduite exemplaire des deux enfants, vient à leur secours et tout finit pour le mieux. Semant des leçons de morale au fil du récit, le conte se referme sur ce rappel qu'"il ne faut jamais s'écarter du sentier tracé par la vertu". (C. P.)