Le Voyage de Babar : "Un canot les recueille."
Aquarelle originale par Jean de Brunhoff
Paris, Le Jardin des modes, 1932
Don de Thierry de Brunhoff
BnF, Réserve des livres rares, Rés. Gr. fol. NFR. 24
© Librairie Hachette 1939, avec l'aimable autorisation des Éditions Hachette
Un soir d'été 1930, Cécile de Brunhoff invente pour ses deux garçons, Laurent et Mathieu, âgés de cinq et quatre ans, l'histoire d'un jeune éléphant qui, échappant au chasseur qui vient de tuer sa maman, gagne la ville et le monde civilisé. Sous le charme, les enfants rapportent l'histoire à leur père, le peintre Jean de Brunhoff (1899-1937), qui la met pour eux en images. Sur le conseil de ses proches, et notamment de son beau-frère Lucien Vogel fondateur du Jardin des modes et de Vu, il décide d'en faire un album. L'Histoire de Babar le petit éléphant paraît aux éditions du Jardin des modes en décembre 1931, sans mention du rôle de Cécile qui modestement ne voulut pas que son nom apparaisse dans le livre. Novateur, l'album ne l'est pas tant par son format imposant (37 x 27 cm), que d'autres ont essayé auparavant (André Devambez, André Hellé ou Edy Legrand), que par l'exploration des potentiels de l'espace du livre porteurs de sens ainsi que l'a montré Isabelle Nières-Chevrel (La Revue des livres pour enfants, n 191, février 2000). L'écriture cursive du texte, son caractère court et son vocabulaire simple s'adressent aux enfants de trois à neuf ans, que ne manque pas de séduire la bonhommie tout en rondeur de ce héros "anthropomorphe". On y découvre ce que Laurent de Brunhoff caractérisera lui-même comme "une société libérale d'éléphants dans une atmosphère familiale et amicale". Le succès rencontré incite Jean de Brunhoff à composer une suite. Six autres albums suivent le titre fondateur : Le Voyage de Babar (1932), Le Roi Babar (1933), L'A B C de Babar (1934), puis, Hachette prenant le relais du Jardin des modes, Les Vacances de Zéphir (1936), Babar en famille (1938), enfin Babar et le père Noël (1941), ces deux dernières éditions étant posthumes. Après la disparition prématurée de Jean de Brunhoff, les aventures de Babar se poursuivent sous la plume et le pinceau de son fils Laurent, faisant de ce personnage né dans la sphère familiale l'une des figures les plus fameuses de la littérature enfantine à travers le monde. Dès 1933, Babar est traduit et publié à New York avec une préface de A. A. Milne, l'auteur de Winnie-the-Pooh. Babar est alors si célèbre que la Compagnie générale transatlantique demande à Jean de Brunhoff de décorer la salle à manger des enfants du paquebot Normandie. Le don fait en 2005 à la BnF par les trois enfants de Jean de Brunhoff de documents originaux préparatoires à trois albums (Le Voyage de Babar, Les Vacances de Zéphir et Le Château de Babar) permet d'appréhender au plus près l'art de Babar, celui de Jean et celui de Laurent.
Contant les péripéties du voyage de noces du couple royal confronté à une violente tempête, à de féroces cannibales, à la captivité dans un cirque, enfin à l'adversité des rhinocéros conduits par Rataxès, Le Voyage de Babar contraste dans l'ouvre de Jean par sa palette où domine le bleu profond du ciel et de la mer - couleur pratiquement absente des autres albums. D'une grande fraîcheur, les aquarelles originales sont fréquemment annotées au crayon par l'auteur afin de préciser à l'imprimeur le format ou le rendu des couleurs par l'offset. (C. P.)