Michka : conte
Texte de Marie Colmont, illustré par Feodor Rojankovski
Paris, Flammarion, "Albums du Père Castor", 1941
BnF, Estampes et Photographie, KA-340 (29)-4
Éditions Flammarion
Pour Paul Faucher, l'image a toujours été le vecteur privilégié de ses objectifs pédagogiques : "Dans sa force originelle, l'image ne se borne pas à informer les yeux et l'intelligence : elle touche la sensibilité et l'imagination. Fille du mouvement, elle incite au mouvement et à l'action ; fille de l'observation, elle incite à l'observation et à la réflexion : elle stimule la pensée. Il faut donc s'ingénier à employer l'image dans la plénitude de ses pouvoirs, et à tirer les plus grands avantages possibles de ses relations avec les mots."
Malgré ses réticences à l'égard de l'anthropomorphisme dans les livres pour enfants, coupable à ses yeux de déformer la Nature, Paul Faucher est séduit par les illustrations que lui propose Feodor Rojanskovski, dit Rojan (1891-1970), pour l'histoire de Michka, écrite par Marie Colmont. Homme passionné par la nature et par le monde animal depuis son enfance – "Deux grands événements ont marqué mon enfance. Un jour, on m'emmena au zoo où je vis les créatures les plus fabuleuses de la terre [...] et comme j'exprimai à haute voix mon admiration, on m'offrit une boîte de crayons de couleur" –, Rojan met en images la métamorphose d'un ours en peluche, proche parent de Teddy Bear, qui, lassé d'être un jouet parmi d'autres d'une petite fille capricieuse, s'anime et part à la découverte de la campagne enneigée. Mais c'est la nuit de Noël, nuit des bonnes actions par excellence : après avoir embrassé une dernière fois "d'un coup d'œil la campagne où il faisait si bon se promener tout seul", l'ours Michka renonce à sa liberté, pour devenir le compagnon d'un enfant malade.
Comme le souligne Isabelle Nières-Chevrel, l'architecture de l'album se fait en symétrie par rapport à la double page centrale, celle où Michka pénètre dans la forêt, lieu de transition vers la liberté. Rojan oppose point par point la première et la dernière image de l'album : une fillette riche dans une chambre ensoleillée pleine de jouets et un ours qui a été donné / un garçonnet pauvre dans une chambre nue et un ours qui se donne. Qu'elles soient en pleine page ou en vignettes, les illustrations de cet album expriment la grande virtuosité graphique de leur auteur. (C. G.-B.)