Réinventer les Lumières

Tzvetan Todorov

 
Scientisme, technocratie, dérision généralisée, égoïsme, absence de finalité, règne du paraître, "moralement correct"... ces nouveaux dangers, dont l'énumération pourrait se poursuivre, ont pour caractéristique commune d'être nés dans le sillage des Lumières elles-mêmes, de résulter d'un abus de leurs propres principes.
Dessin de Marjane Satrapi

Combattre les obscurantismes d'aujourd'hui

Il s'agit bien d'un dévoiement et d'une perversion du programme des Lumières, et non de ses conséquences inéluctables, comme feignent de le croire ses adversaires. C'est pourquoi le combat contre ces détournements peut être mené en partant de ce même programme, et s'ajouter donc à celui que les Lumières avaient engagé depuis leur début et qu'elles sont appelées à poursuivre toujours : contre l'obscurantisme, l'autorité arbitraire et le fanatisme. Il est nécessaire de combattre les adversaires venus d'horizons eux-mêmes opposés, et la preuve que ce combat est possible était déjà donnée au siècle des Lumières.
Un Montesquieu était bien conscient que les principes mêmes pour lesquels il se battait pouvaient devenir néfastes, il mettait en garde contre l'excès de la raison et les nuisances de la liberté. Il se comparait par conséquent aux habitants du second étage d'une maison, qui, disait-il, "sont incommodés par le bruit d'en haut et par la fumée d'en bas". Un Rousseau, de son côté, savait bien que, à peine arrêté son débat avec les dévots, il devait engager celui contre "le moderne matérialisme".
Ce qui a changé n'est pas l'existence de ces deux fronts mais leur importance relative : l'ennemi qui s'appuie sur les acquis des Lumières était hier moins menaçant que celui qui les attaque de l'extérieur ; c'est le contraire qui est vrai aujourd'hui. Pourtant, les deux dangers restent toujours présents et ce n'est pas un hasard si, de nos jours, une association qui se réclame de l'esprit des Lumières a choisi de se définir par une double négation : "Ni putes ni soumises". Il n'est pas vrai qu'on soit obligé d'embrasser l'une des voies si l'on refuse l'autre : reste ouverte aussi celle de l'autonomie, de l'humanisme, de l'universalité.
Kant : Qu'est-ce que les Lumières ?

Éclairer l'époque par l'examen critique

Nous ne pouvons aujourd'hui "retourner" aux Lumières : leur monde n'est pas le nôtre. Mais nous ne devons pas pour autant les renier, comme ont voulu le faire les révolutionnaires et les anti-humanistes du siècle dernier. C'est plutôt d'une refondation des Lumières que nous avons besoin, qui préserve l'héritage du passé mais en le soumettant à un examen critique, comme les Lumières nous ont appris à le faire, en les confrontant lucidement à leurs conséquences désirables et indésirables : en critiquant les Lumières nous leur restons fidèles et mettons en œuvre leur propre enseignement. Nous avons besoin de cette pensée en action car, répétons-le, contrairement à ce qu'espéraient certains de leurs représentants, l'humanité n'a pas atteint, depuis, l'âge de la majorité. Pire, nous savons maintenant qu'elle ne le fera jamais mais pourra seulement y aspirer. Là encore, ce n'est pas une révélation. Quand on demandait à Kant si nous vivions déjà dans l'époque des lumières, une époque vraiment éclairée, il répondait : "Non, mais dans une époque en voie d'éclairement." Telle semble être la vocation de notre espèce : recommencer tous les jours ce labeur, tout en sachant qu'il est interminable.
 
haut de page