Gothold Ephraim Lessing (1729-1781)

Portrait de Lessing
"Si Dieu tenait dans sa main droite toute la vérité, et dans sa gauche, la seule quête inlassable de la vérité, et me disait : "Choisis !", je me précipiterais humblement vers sa gauche et dirais : "Père, donne ! Car la vérité pure est pour toi seul !" "
Écrivain allemand, auteur d'essais (Laokoon, Dramaturgie de Hambourg) et de pièces de théâtre (Nathan le Sage).
 

Pour une totale liberté créatrice

Dans le domaine de l'esthétique, Lessing rompt avec le classicisme académique en distinguant les arts plastiques ou visuels des arts littéraires : pour figurer la beauté, les premiers déploient leurs signes dans l'espace tandis que les seconds utilisent la dimension temporelle. Cette idée originale de frontière différenciant peinture et poésie apparaît déjà dans sa correspondance avec Mendelssohn dès 1755. Dans l'essai qu'il consacre au chef-d'œuvre de la statuaire antique Laokoon (1766), Lessing va encore plus loin en évacuant de l'œuvre d'art ce qui excède l'idéal esthétique, revendiquant pour l'artiste une totale liberté créatrice, loin des contraintes didactiques ou fonctionnelles des commandes religieuses par exemple.
Portrait de Benjamin Franklin

Un message de tolérance religieuse

Avec ses comédies et tragédies bourgeoises, Lessing a été le premier grand dramaturge allemand. Incarnation de l'esprit critique, il décide, pour faire suite aux polémiques qu'il a eues avec un intolérant pasteur hambourgeois, de délivrer un message de tolérance et un appel à faire le bien avec sa dernière pièce, Nathan der Weise (1779), où la sagesse s'incarne dans le personnage du juif Nathan, figure que lui inspire son ami Moses Mendelssohn. La pièce est devenue depuis un grand classique du théâtre allemand.
haut de page