Charles-Louis de Secondat,
baron de La Brède et de Montesquieu (1689-1755)

Portrait de Lessing
"Je suis nécessairement homme et je ne suis Français que par hasard."
Écrivain et philosophe français, Montesquieu est l'auteur des Lettres persanes et de L'Esprit des lois. On doit tenir compte de l'infinie variété des climats et des mœurs, mais la tyrannie est à condamner sous tous les cieux et l'idée de justice est commune à tous les hommes.
 

Observateur critique de la société de son temps

En 1721, Montesquieu publie, sous l'anonymat, les Lettres persanes. C'est le récit épistolaire de la découverte de l'Occident par deux Persans, Usbek et Rica, le récit de leurs surprises, leurs étonnements qui peu à peu s'effacent pour faire place à une critique moins systématique des moeurs et des institutions politiques et religieuses.
Parsemé d'allusions à la vie de l'auteur, ce roman revêt avant tout un aspect politique dont le "libéralisme" découle de la condamnation du "despotisme" de Louis XIV. Si l'absolutisme constitue une menace contre le statut social de l'aristocratie, les Lettres persanes révèlent aussi les formes nouvelles de la puissance économique et le rêve d'une solution de compromis conduisant à un accord souhaité entre la terre et l'argent, le mérite et le sang.
Jean Barbault : Ambassadeur de Perse
Manuscrit des Lettres persanesLe château de la Brède
 
Entre 1728 et 1731, Montesquieu voyage en Autriche, en Italie, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Angleterre. Recueillant des observations sur les constitutions des pays où il réside, sur les moeurs des habitants, rencontrant des personnalités intellectuelles, politiques et religieuses, il accumule notes de lectures et de conversations. De retour en France, il écrit les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1734) et se consacre à la préparation de son grand œuvre : De l'Esprit des lois (1748).
 

Fondateur de la science politique moderne

Travail d'une trentaine d'années, De l'Esprit des lois recense les lois de toutes les sociétés connues et les situe par rapport aux "causes physiques et morales" : climat, terrain, population, formes de commerce et de religion. L'ensemble, où tout se tient, forme "l'esprit général" de chaque nation.
 
Manuscrit de L'Esprit des lois
 
Montesquieu distingue trois formes de gouvernement, selon les degrés de liberté qu'ils comportent : la république (démocratie et aristocratie), la monarchie et le despotisme. L'opposition entre tyrannie et modération fonde cette nouvelle typologie des régimes politiques, la modération étant définie par le maintien du pluralisme : "Il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir." Seuls les régimes modérés protègent la liberté des individus : Montesquieu apporte ainsi une contribution décisive à la doctrine du libéralisme politique.
Malgré son succès, De l'Esprit des lois, après une longue querelle où interviennent le fermier général Dupin, les jésuites et les jansénistes, est mis à l'Index le 29 novembre 1751 et condamné par la Sorbonne.
haut de page