William Hogarth
The Sleeping Congregation
Eau-forte, 1736 (26,5 x 21 cm)
BNF, Estampes, Cd-13 (1)-Fol.
© Blbliothèque nationale de France
William Hogarth (1697-1764) est un des premiers peintres à avoir représenté de manière réaliste la vie quotidienne à Londres, alors la plus grande ville d’Europe avec ses six cent mille habitants. À la fois graveur, peintre, caricaturiste et portraitiste, il commence à se faire connaître au début des années 1730 quand il exécute ses deux premiers cycles satiriques : la Carrière d’une prostituée et la Carrière du roué.
Doté d’un humour féroce, critiquant avec virulence les mœurs de ses contemporains, de l’hypocrisie religieuse à la corruption politique, il est le premier peintre anglais qui ait fait preuve d’une personnalité si originale et typée. L’art de la caricature, qu’il a fait sien, est devenu spécifiquement anglais, mais son talent est multiple et il se révèle, aussi, proche de la mentalité de son temps. Ses cycles s’apparentent aux romans de Fielding et, comme eux, combinent réalisme et intuition avec satire et moralité.
En 1732, Hogarth, qui quitte rarement Londres, part avec des amis pour un "Grand Tour" dans le Nord du Kent. À son retour, il grave cette planche ridiculisant un pasteur anglican qui prêche en pleine campagne devant des paysans endormis. L’anglicanisme est la doctrine de l’Église d’Angleterre depuis sa séparation avec Rome au XVIe siècle. Église d’État soumise à l’autorité royale et à son épiscopat, elle est de ce fait, malgré sa profession de foi calviniste, exposée à l’hostilité des puritains, qui obtiendront sa suppression en 1643. Elle est rétablie lors de la Restauration par Charles II en 1662 et coexiste depuis l’acte de Tolérance de 1689 avec les puritains et les autres dissidents protestants.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander