Sinagogue des Juifs
Burin, XVIII e siècle (32,5 x 46 cm)
BNF, Estampes, Re Mat.-19-Boite fol.
© Blbliothèque nationale de France
À la fin du XVIIIe siècle, la présence juive n’est que tolérée dans le royaume de France, même si le droit des juifs à y résider n’est plus remis en cause. On compte à la veille de la Révolution une dizaine de rabbins pour encadrer environ quarante mille juifs organisés en communautés dotées de statuts différents selon leur localisation : on distingue celles du Sud-Ouest (Bordeaux, Bayonne) et les communautés "allemandes" de l’Est (sans compter celles des territoires pontificaux). De nombreuses activités économiques sont interdites à ces populations assujetties à des taxes lourdes et le plus souvent misérables, tantôt cantonnées dans des ghettos urbains comme à Metz, tantôt dispersées dans la campagne comme en Alsace, où on leur interdit la résidence en ville. Il faut attendre le 27 septembre 1791 pour que la Constituante accorde in extremis la citoyenneté à tous les juifs qui en remplissent les conditions.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander