Claude Gillot
Projet de panneau illustrant une scène de chinoiserie
Sanguine, XVIII e siècle (40,7 x 22 cm)
École nationale supérieure des beaux-arts, Inv. no M. 2542
© École nationale supérieure des beaux-arts, Paris
C’est dans le domaine des arts décoratifs que les talents de Gillot (1673-1722) furent les plus novateurs, comme en témoigne ce dessin. Vraisemblablement destiné à une boiserie ou à un panneau de paravent, il met en scène de jeunes Chinois dans un paysage imaginaire, suivant un goût pour l’exotisme mis à l’honneur par Antoine Watteau puis François Boucher et Gabriel Huquier. La fascination exercée par l’Extrême-Orient, une des composantes fondamentales du rococo, apparaît sous des formes multiples, notamment dans des scènes de la vie quotidienne évoquées avec la plus grande fantaisie.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu