Jean-Étienne Liotard
Levantin fumant
Contre-épreuve de sanguine, vers 1738-1742 (19,4 x 15,3 cm)
BNF, Estampes, Rés. B-6c-Pet. fol.
© Blbliothèque nationale de France
Le Suisse Jean-Étienne Liotard (1702-1789) a étudié la peinture et la gravure à Paris, avant de voyager, à Rome d’abord, puis en Orient. Il reste cinq ans à Constantinople (1738-1743), où il fait entre autres le portrait d’Ahmed Pacha, comte de Bonneval. C’est un peintre de la vérité, comme en témoignent ses dessins à la pierre noire ou à la sanguine datant de ce voyage. Avec beaucoup de précision, il sait rendre les costumes des femmes de Constantinople. Il décrit les usages et coutumes d’un Orient véritable, à l’inverse d’un Boucher. Il adopte lui-même le costume et les mœurs turcs, ce qui lui vaut un grand succès auprès des cours européennes lors de son retour. Il continuera de beaucoup voyager, avant de se fixer à Genève à la fin de sa vie, et il écrira un Traité des principes et des règles de la peinture.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander