Galerie et jardins du Palais-Royal
Dessin à la plume et lavis à l’encre de Chine, aquarelle et rehauts de gouache, XVIII e siècle (43 x 59,3 cm)
BNF, Estampes, Rés. Ve-53g-Fol., Coll. Destailleur, t. 5, no 1005
© Blbliothèque nationale de France
Au cours du XVIIIe siècle, le Palais-Royal est aménagé en un lieu vivant et animé, où se développent des théâtres, des cafés et des boutiques. À la fin du siècle, le duc d’Orléans fait construire, tout autour des jardins, les deux ailes qui abritent tous ces commerces, ainsi que le Théâtre-Français. Casanova en a laissé cette description : "Je vis un assez beau jardin, des allées bordées de grands arbres, des bassins, de hautes maisons qui l’entouraient, beaucoup d’hommes et de femmes qui se promenaient, des bancs par-ci par-là, où l’on vendait de nouvelles brochures, des eaux de senteur, des cure-dents et des colifichets. Je vis des tas de chaises de paille qu’on louait pour un sou, des liseurs de gazettes qui se tenaient à l’ombre, des filles et des hommes qui déjeunaient ou seuls ou en compagnie, des garçons de café qui montaient et descendaient rapidement un petit escalier caché par des charmilles." Le dessin montre la galerie Montpensier et une partie des jardins. Au bout de la galerie, à la sortie du Palais-Royal, se trouve un débit de tabac à l’enseigne de La Civette, dont parle Casanova et qui existe encore de nos jours.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander