John Gabriel Stedman
Narrative of a five years’ expedition against the revolted negroes of Surinam in Guiana, on the wild coast of South America from the year 1772 to 1777, elucidating the history of that country and describing its productions…
Londres, J. Johnson / J. Edwards, 1796 – 2 vol. in-4 o
BNF, Réserve des livres rares, M. 12348-12349
© Blbliothèque nationale de France
Membre du corps expéditionnaire envoyé de Hollande pour combattre les bandes d’esclaves maraudeurs qui menaçaient les plantations de la colonie, le capitaine Stedman (1744-1797) débarque au Surinam le 2 février 1773 et y reste un peu plus de quatre ans. Quelque vingt années plus tard, ses notes et dessins lui permettent de publier cette exceptionnelle description d’une société de planteurs esclavagistes du XVIIIe siècle dont il a fréquenté tous les étages sociaux, depuis le gouverneur et les riches planteurs jusqu’aux esclaves opprimés. Pour accompagner son texte, quatre-vingts planches dont seize au moins ont été gravées par William Blake (1757-1827), avec qui il avait sympathisé en 1792 et qui a peut-être colorié l’ensemble suivant ses indications. L’ouvrage, qui souligne l’atrocité de la répression des esclaves, est très vite traduit en français (1797), en allemand (1798) et en hollandais (1799), et ses gravures sont massivement diffusées en Europe et en Amérique par les abolitionnistes, très actifs en cette période : c’est particulièrement le cas de celles de Blake, qui saisissent l’imagination ; la plus connue d’entre elles figure l’un des chefs des révoltés qui, suspendu à un croc de boucherie, mit trois jours à mourir (A Negro hunged alive by the ribs to a gallow).
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander