Jean-Antoine-Nicolas de Caritat de Condorcet
Réflexions sur l’esclavage des nègres, par M. Schwartz, pasteur à Bienne
Neufchâtel / Paris, Froullé, 1788 (2 e éd.) – In-8 o
BNF, Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, 8o Lk9. 23 A
© Blbliothèque nationale de France
Le mathématicien et philosophe Condorcet fut aussi un fervent militant de la cause abolitionniste. Dans ce petit livre, d’abord publié en 1781 en Suisse sous l’ironique pseudonyme du pasteur Schwartz – il s’identifie ainsi aux Noirs, dont il se proclame le frère –, Condorcet condamne l’esclavage comme un crime mais dénonce aussi son inutilité économique : le travail servile, dont la productivité est faible, est un frein à l’établissement de l’économie de marché. Il préconise une disparition par étapes, un affranchissement brutal des esclaves pouvant entraîner de grands désordres. Cette réédition, qui connut plus de succès que la première – le contexte avait changé –, comportait une addition sur l’esclavage aux États-Unis, dont Condorcet avait pu parler avec Jefferson.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander