Huangqing Zhigongtu
Tableau des peuples tributaires de la grande dynastie impériale des Qing
Dynastie des Qing, fin XVIII e siècle, 1788 ou postérieur
Manuscrit à peintures sur soie en quatre volumes incomplets ; reliure en accordéon entre deux ais de bois précieux (39 x 34 cm)
BNF, Estampes et Photographie, Rés. B 7 b
© Blbliothèque nationale de France
L'Europe n'a pas le monopole des préoccupations ethnographiques. Cette encyclopédie d'époque Qing réunit un ensemble aussi exhaustif que possible puisque l'édition complète compte environ six cents personnages de toutes les ethnies qui entretenaient des relations avec l'Empire chinois. Le prétexte évident de cette œuvre d'art politique est la glorification de l'Empire, exercice d'autosatisfaction à usage intérieur destiné à montrer la supériorité écrasante de l'État central. Néanmoins, la démarche est également artistique et ethnographique. L'illustration, académique mais d'une grande précision, est accompagnée d'une légende qui comporte des informations géographiques, ethnographiques, vestimentaires, et mentionne la nature des liens avec la Chine ; les textes et les représentations des Européens (Hollandais, Anglais, Suisses, Russes, Polonais, Français et autres) peuvent sembler curieux mais ils apportent un témoignage sur l'état des connaissances chinoises au XVIIIe siècle ; la notice sur les missionnaires se clôt par la mention de leur capacité à fabriquer des instruments astronomiques. La nature "encyclopédique" de l'œuvre, si caractéristique de cette époque, se constate dans la volonté d'inclure toutes les grandes catégories de la société : hommes et femmes, ainsi que notables et gens du commun, jeunes et vieux. Les illustrations exposées ici montrent un couple représentatif d'une population du Tibet oriental vivant dans une région nommée Bahukamu, actuellement englobée dans la province du Sichuan.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander