Savary des Brûlons, Dictionnaire du commerce, 1723

  
Les cafés de Paris sont pour la plupart des réduits magnifiquement parés de tables de marbre, de miroirs et de lustres de cristal, où quantité d’honnêtes gens de la ville s’assemblent, autant pour le plaisir de la conversation et pour y apprendre des nouvelles, que pour y boire de cette boisson, qui n’est jamais si bien préparée que lorsqu’on la fait préparer chez soi. Les marchands de café en envoient aussi par la ville, avec un cabaret portatif.