Adam et Eve
Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois de Jules Huyot.
Fumé inédit d'une gravure sur bois, 24,5 x 19,9 cm
Épreuve d'essai d'une planche hors texte inédite destinée à illustrer La Sainte Bible selon la Vulgate. Traduction nouvelle de l'abbé Jean-Jacques Bourassé avec les dessins de Gustave Doré.
A. Mame et fils (Tours), 1866, 2 vol.
BnF, département des Estampes et de la Photographie, DC-298 (E)-FOL
© Bibliothèque nationale de France
« Or le serpent était le plus fin de tous les animaux que le Seigneur Dieu avait formés sur la terre. Il dit à la femme : Pourquoi Dieu vous a-t-il commandé de ne point manger du fruit de tous les arbres du Paradis ?
La femme lui répondit : nous mangeons du fruit des arbres qui sont dans le Paradis ;
Mais Dieu nous a commandé de ne point manger du fruit de l'arbre qui est au milieu du Paradis et de n'y point toucher de peur que nous ne mourrions.
Le serpent repartit à la femme : Assurément, vous ne mourrez point ;
Mais Dieu sait qu'aussitôt que vous aurez mangé de ce fruit, vos yeux seront ouverts, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.
La femme considéra donc que le fuit de cet arbre était bon à manger, qu'il était beau et agréable à la vue. »
Genèse (3, 1-6)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu