Mort d'Eléazar-Machabée
Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois d'Alexandre Hurel.
Planche hors texte imprimée dans La Sainte Bible selon la Vulgate. Traduction nouvelle de l'abbé Jean-Jacques Bourassé avec les dessins de Gustave Doré.
A. Mame et fils (Tours), 1866, 2 vol. Tome II : Ancien testament, p. 260.
BnF, Réserve des livres rares, Smith Lesouëf R-6283
© Bibliothèque nationale de France
« Ils marchèrent par l'Idumée, et vinrent assiéger Bethsura. Ils l'attaquèrent durant plusieurs jours, et ils firent pour cela des machines. Mais les assiégés, étant sortis, les brulèrent et combattirent vaillamment.
Judas s'éloigna de la citadelle, marcha avec son armée vers Bethzachara, vis-à-vis du camp du roi.
Et le roi s'étant levé avant le jour, fit marcher impétueusement toutes ses troupes sur le chemin de Bethzachara. Les armées se préparèrent au combat, et les trompettes sonnèrent.
Ils montrèrent aux éléphants du jus de raisin et de mûres, afin de les animer au combat.
Ils partagèrent ces animaux par légions ; mille hommes armés de cottes de mailles et de casques d'airain accompagnaient chaque éléphant, et cinq cents cavaliers d'élite avaient ordre de se tenir près de chaque bête.
Ils étaient à l'avance aux lieux où étaient les éléphants, ils allaient partout où chaque éléphant allait, et ils ne s'en éloignaient jamais.
Il y avait aussi sur chacun de ces animaux une forte tour de bois destinée à le mettre à couvert, et des machines dessus ; et, dans chaque tour, trente-deux des plus vaillants hommes combattaient d'en haut, et un Indien conduisait l'animal.
Il plaça le reste de la cavalerie sur les deux ailes, pour exciter son armée par le son des trompettes, et pour animer son infanterie rangée en bataillons serrés.
Lorsque le soleil eut frappé de ses rayons les boucliers d'or et d'airain, l'éclat en rejaillit sur les montagnes, qui brillèrent comme des lampes ardentes.
Une partie de l'armée du roi allait par les hautes montagnes, et l'autre s'avançait dans la plaine ; ils marchaient avec précaution et en ordre.
Tous les habitants du pays étaient épouvantés des cris de cette multitude, du bruit de la marche et du fracas des armes, car cette armée était très-grande et très-forte.
Et Judas s'avança avec son armée pour engager le combat, et six cents hommes de l'armée du roi tombèrent.
Alors Eléazar, fils de Saura, voyant un des éléphants cuirassé et couvert des armes du roi, et plus grand que les autres, crut que le roi était monté dessus,
Et il se sacrifia pour délivrer son peuple et s'acquérir un nom immortel ;
Car il courut hardiment au milieu de la légion, tuant à droite et à gauche, et faisant tomber tout ce qui se présentait à lui,
Et il vint jusqu'aux pieds de l'éléphant, se plaça sous l'animal, et le tua ; en tombant par terre, l'éléphant écrasa Eléazar, qui mourut sous lui. »
Maccabées (6, 31-46)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu