Marie Madeleine repentante
Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois d'Adolphe Pannemaker.
État édité avec la lettre d'une gravure sur bois, 24,9 x 19,8 cm
Planche hors texte illustrant La Sainte Bible selon la Vulgate. Traduction nouvelle de l'abbé Jean-Jacques Bourassé avec les dessins de Gustave Doré.
A. Mame et fils (Tours), 1866, 2 vol. Tome II : Nouveau testament, p. 424.
BnF, département des Estampes et de la Photographie, DC- 298 (E) -FOL
© Bibliothèque nationale de France
« Or un Pharisien priait Jésus de manger avec lui ; il entra dans la maison du Pharisien, et se mit à table.
Et voilà qu'une femme qui était pécheresse dans la ville, ayant appris qu'il était à table chez ce Pharisien, apporta un vase d'albâtre plein de parfums,
Et se tenant derrière lui à ses pieds, elle se mit à les arroser de larmes, et elle les essuyait avec ses cheveux ; elle baisait ses pieds, et y répandait des parfums.
Le Pharisien qui l'avait invité, voyant cela, se dit en lui-même : Si cet homme était prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche, et que c'est une pècheresse.
Alors Jésus, prenant la parole, lui dit : Simon, j'ai quelque chose à vous dire. Il répondit : Maître, dites.
Un créancier avait deux débiteurs : l'un lui devait cinq cents deniers, et l'autre cinquante ;
Mais comme ils n'avaient point de quoi les lui rendre, il leur remit à tous deux leur dette : lequel des deux l'aimera davantage ?
Simon répondit : Je crois que c'est celui auquel il a le plus remis. Jésus lui dit : Vous avez bien jugé.
Et se tournant vers la femme, il dit à Simon : Voyez-vous cette femme ? Je suis entré dans votre maison, vous ne m'avez point donné d'eau pour me laver les pieds ; et elle a arrosé mes pieds de larmes, et les a les essuyés avec ses cheveux.
Vous ne m'avez point donné de baisers ; et depuis qu'elle est entrée, elle n'a cessé de me baisers les pieds.
Vous ne m'avez point répandu d'huile sur la tête ; et elle a répandu des parfums sur mes pieds.
C'est pourquoi je vous déclare : Beaucoup de péchés lui seront remis, parce qu'elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui on remet moins, aime moins.
Alors il dit à cette femme : Vos péchés vous seront remis.
Et ceux qui étaient à table avec lui commencèrent à dire en eux-mêmes : Qui est celui-ci, qui remet même les péchés ?
Jésus dit encore à cette femme : Votre foi vous a sauvée ; allez en paix. »
Luc (7, 36-50)
 
 

> partager
 
 

> texte intégral sur Gallica
> l'image sur Gallica : page1, page2
 
 
 

 
> copier l'aperçu