« C'est là que font leur nid les hideuses Harpies. »
Chant XIII, verset 10
Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois de François Pierdon.
Planche hors texte imprimée dans L'Enfer de Dante Alighieri, avec les dessins de Gustave Doré. Traduction française de Pier-Angelo Fiorentino, accompagnée du texte italien.
Louis Hachette (Paris), 1861, p. 63.
BnF, Réserve des livres rares, Smith Lesouëf R-6277
© Bibliothèque nationale de France
« Nessus n'avait pas atteint l'autre rivage, que déjà nous entrions dans un bois où nul sentier n'était tracé. Là point de feuilles vertes, mais d'une couleur sombre ; point de branches lisses, mais des rameaux noueux et tordus ; point de fruits, mais des épines empoisonnées. Les bêtes sauvages, qui haïssent les lieux cultivés, n'ont pas, entre Cecina et Corneto, de buissons plus hérissés et plus touffus. C'est là que font leur nid les hideuses Harpies, qui chassèrent les Troyens des Strophades, en leur prédisant leurs tristes destins. Elles ont les ailes larges, le cou et le visage humain, des pieds armés de serres, le ventre énorme et couvert de plumes ; elles poussent des cris lamentables du haut de ces arbres étranges. »
Chant XIII, versets 1-15
 
 

> partager
 
 

> l'image sur Gallica : page1, page2
 
 
 

 
> copier l'aperçu