« J'étais comme le moine écoutant la confession du perfide assassin. »
Chant XIX, versets 49-50
Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois d'Adolphe Pannemaker.
Planche hors texte imprimée dans L'Enfer de Dante Alighieri, avec les dessins de Gustave Doré. Traduction française de Pier-Angelo Fiorentino, accompagnée du texte italien.
Louis Hachette (Paris), 1861, p. 96.
BnF, Réserve des livres rares, Smith Lesouëf R-6277
© Bibliothèque nationale de France
« Alors nous arrivâmes au quatrième bord, nous tournâmes et nous descendîmes à main gauche, au fond du gouffre étroit et criblé. Et le bon maître me serrait toujours sur son sein, jusqu'à ce qu'il m'ait déposé près du trou de celui qui se plaignait si fort en agitant ses pieds.
"O toi, qui que tu sois, que je vois ainsi renversé, âme triste et enfoncée comme un pal, parle, si tu le peux."
J'étais comme le moine écoutant la confession du perfide assassin, qui, à moitié enfoncé dans la terre, le rappelle toujours pour retarder la mort. »
Chant XIX, versets 40-50
 
 

> partager
 
 

> l'image sur Gallica : page1, page2
 
 
 

 
> copier l'aperçu