« Il s'élança et cria : "Je te tiens!" »
Chant XXII, verset 126
Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois de César-Auguste Hébert.
Planche hors texte imprimée dans L'Enfer de Dante Alighieri, avec les dessins de Gustave Doré. Traduction française de Pier-Angelo Fiorentino, accompagnée du texte italien.
Louis Hachette (Paris), 1861, p. 113.
BnF, Réserve des livres rares, Smith Lesouëf R-6277
© Bibliothèque nationale de France
« Le Navarrois saisit bien son moment : il affermit ses pieds sur la terre, et sauta d'un seul bond, se dérobant à leur dessein.
Chacun soudain en fut consterné, mais celui-là surtout qui avait été cause de la faute. C'est pourquoi il s'élança et cria : "Je te tiens!"
Mais ce fut en vain ; car les ailes du démon ne purent devancer la peur : le damné plongea sous la poix, et l'autre redressa la poitrine en volant.
C'est ainsi que le canard plonge tout d'un coup à l'approche du faucon, qui remonte vers le nid honteux et brisé. »
Chant XXII, versets 119-132
 
 

> partager
 
 

> l'image sur Gallica : page1, page2
 
 
 

 
> copier l'aperçu