« Il nous posa doucement au fond de l'abîme ou Lucifer et Judas sont tourmentés. »
Chant XXXI, versets 142-143
Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois de Jean Best et Abraham Hotelin.
Planche hors texte imprimée dans L'Enfer de Dante Alighieri, avec les dessins de Gustave Doré. Traduction française de Pier-Angelo Fiorentino, accompagnée du texte italien.
Louis Hachette (Paris), 1861, p. 164.
BnF, Réserve des livres rares, Smith Lesouëf R-6277
© Bibliothèque nationale de France
« Ainsi dit le maitre, et le géant étendit à la hâte ses deux mains, dont Hercule avait senti l'étreinte terrible, et prit mon guide.
Lorsque Virgile se sentit saisir, il me dit : "Approche-toi afin que je te prenne." Et il fit de nous deux un seul faisceau. Telle qu'apparaît la Garisenda à qui la regarde du côté où elle penche, lorsqu'un nuage passe au-dessous d'elle de sorte qu'elle semble s'incliner vers lui, tel me parut Antée comme j'attendais de le voir se baisser, et il y eut tel moment où j'aurais préféré descendre par un autre chemin. Mais il nous posa doucement au fond de l'abîme ou Lucifer et Judas sont tourmentés, et, sans s'arrêter ainsi courbé, il se releva comme le mât d'un navire. »
Chant XXXI, versets 130-145
 
 

> partager
 
 

> l'image sur Gallica : page1, page2
 
 
 

 
> copier l'aperçu