Roger, fuyant l'île d'Alcine, rencontre un groupe de monstres
Chant VI, stance 62 : « Plusieurs sont sur des autruches, des aigles, des grues. »
Dessin de Gustave Doré.
Planche hors texte imprimée dans Roland furieux, poème héroïque de L'Arioste, traduit par A.-J. du Pays et illustré de 618 dessins par Gustave Doré.
Hachette et Cie (Paris), 1879, p. 59.
BnF, Réserve des livres rares, Smith Lesouëf R-6551
© Bibliothèque nationale de France
« Mais bientôt il rencontra la méchante troupe, qui par sa turbulence et sa furie s'opposa à son passage. Il ne se vit jamais de troupe plus étrange, de figures plus monstrueuses et plus laides. Les uns ont la forme humaine depuis le cou jusqu'en bas avec des têtes de singe ou de chat ; quelques-uns laissent sur le sol l'empreinte de pieds de bouc ; d'autres sont d'agiles centaures ; on y voit de jeunes impudents et des vieillards stupides : les uns nus, les autres enveloppés de peaux étranges.
Celui-ci galope sans frein sur un cheval ; celui- là s'en va lentement sur un âne ou sur un bœuf ; un autre s'élance sur la croupe d'un centaure ; plusieurs sont sur des autruches, des aigles, des grues : les uns portent un cor à la bouche, d'autres une coupe ; l'un est mâle, l'autre femelle ; d'autres sont tous les deux ensemble ; il y en a qui portent un croc, une échelle de corde, un pal de fer, une lime sourde. »
Chant VI, stances 61-62
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu