« Et fut veu de tout le monde en grande admiration… »
Livre I, chapitre XVII
Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois de Pannemaker et fils.
Fumé d'une gravure sur bois, 24,5 x 19,5 cm.
Épreuve d'essai d'une planche hors texte destinée à illustrer les Œuvres de François Rabelais illustrées par Gustave Doré.
Garnier (Paris), 1873, tome 1, p. 54-55.
BnF, département des Estampes et de la Photographie, DC-298 (J, 3) -FOL
© Bibliothèque nationale de France
« Quelques jours après, qu'ilz se furent refraichis, il visita la ville, & fut veu de tout le monde en grande admiration. Car le peuple de Paris est tant sot, tant badaut, & tant inepte de nature, qu'un basteleur, un porteur de rogatons, un mulet avec ses cymbales, un vielleux au milieu d'un carrefour assemblera plus de gens que ne feroit un bon prescheur evangelique. Et tant molestement le poursuivirent qu'il fut containct soy reposer sus les tours de l'eglise Nostre Dame. Auquel lieu estant, & voyant tant de gens à l'entour de soy, dist clairement : "Je croy que ces marroufles veulent que je leur paye icy ma venue & mon proficiat. C'est raison. Je vais leur donner le vin ; mais ce sera par rys." Lors, en soubriant, destacha sa belle braguette, &, tirant sa mentule en l'air, les compissa si aigrement qu'il en noya deux cens soixante mille quatre cens dix & huit, sans les femmes & les petits enfans. »
 
 

> partager
 
 

> l'image sur Gallica : page1, page2
 
 
 

 
> copier l'aperçu