« Ce faict, vint à Paris. »
Livre II, chapitre VII
Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois de Paul Jonnard.
Fumé d'une gravure sur bois, 24,8 x 20 cm.
Épreuve d'essai d'une planche hors texte destinée à illustrer les Œuvres de François Rabelais illustrées par Gustave Doré.
Garnier (Paris), 1873, tome 1, p. 200-201.
BnF, département des Estampes et de la Photographie, DC-298 (J, 4) -FOL
© Bibliothèque nationale de France
« Ce faict, vint à Paris avec ses gens. Et, à son entrée, tout le monde sortit hors pour le voir, comme vous sçavez bien que le peuple de Paris maillotinier est sot par nature, par bequarre et par bémol ; & le regardoient en grand esbahissement, & non sans grande peur qu'il n'emportast le Palais ailleurs, en quelque pays a remotis, comme son pere avoit emporté les campanes de Nostre Dame, pour attacher au col de sa jument. Et, après quelque espace de temps qu'il y eut demouré, & fort bien estudié en tous les sept ars liberaux, il disoit que c'estoit une bonne ville pour vivre, mais non pour mourir ; car les guenaulx de Sainct Innocent se chauffoient le cul des ossemens des mors. »
 
 

> partager
 
 

> l'image sur Gallica : page1, page2
 
 
 

 
> copier l'aperçu